PRIX DE LA CRÉATION RADIO-CANADA – Les finalistes du Prix de la nouvelle 2018

Mardi 10 avril 2018 – CBC et Radio-Canada, avec leurs partenaires – le Conseil des arts du Canada et le Banff Centre des arts et de la créativité –, ont dévoilé aujourd’hui les finalistes du Prix de la nouvelle Radio-Canada/CBC Short Story Prize. Les cinq textes finalistes en français ont été choisis parmi près de 800 nouvelles inédites reçues de partout au pays. Les finalistes sont :

Maryse Andreos pour Sans refuge
Maryse Andraos a 29 ans. Née d’un père égyptien et d’une mère québécoise, elle a grandi à Saint-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal. Détentrice d’une maîtrise en création littéraire, elle partage son temps entre les contrats de révision linguistique avec des maisons d’édition québécoises, le tutorat en français au cégep et la correction des examens de français au ministère de l’Éducation. Entre tout ça, elle « essaie d’écrire ». Ses textes ont été publiés dans quelques collectifs féministes, dont Histoires mutines, paru en 2016.

Claudine Bertrand-Paradis pour La bête
Claudine Bertrand-Paradis est originaire de Graide, dans les Ardennes belges, et vit à Gatineau. Dans une première vie, elle a été éducatrice auprès de jeunes en difficultés, avant d’émigrer en Outaouais pour rejoindre son mari québécois. Elle y a décroché un bac en enseignement du français au secondaire, avant de se muer en mère poule à temps plein. Aujourd’hui, elle chemine à petits pas dans l’écriture et beaucoup de ses textes « s’impatientent encore dans ses tiroirs. »

Pascal Blanchet pour Max, la tempête et moi
Jeune quinquagénaire de type « quinquado », Pascal Blanchet vit à Montréal, mais est né et a grandi à Montmagny. Il a étudié le théâtre à l’UQAM dans les années 1980, l’écriture humoristique à l’École nationale de l’humour dans les années 1990 et la musique à l’Université de Montréal au début des années 2000 (sa thèse, qui portait sur « un compositeur inconnu » a été publiée chez Actes Sud en 2015). Il songe à aller étudier en création littéraire à l’UQÀM avant les années 2020…

Valérie Jessica Laporte pour Méconnaissable
Valérie Jessica Laporte a 40 ans, est la maman de trois enfants de 12, 14 et 17 ans et vit au Saguenay depuis bientôt 12 ans. Photographe et designer graphique, elle est fascinée par les dés et crée des compositions photographiques sur ce thème. Sur son blogue Au royaume d’une Asperger, elle publie des récits authentiques, simples, qui sont « un pont vers son monde, son univers d’autiste. »

Jérôme Tousignant pour Anémone
Jérôme Tousignant a 27 ans, est originaire de Trois-Rivières et vit à Montréal. Après un Doctorat de premier cycle en pharmacie, il a suivi sa passion de la littérature et complété un certificat en création littéraire à l’UQÀM. Il a été publié dans différentes revues québécoises comme XYZ. La revue de la nouvelle et Solaris. En 2017 et en 2018, il a été lauréat du Prix du Jeune Écrivain de langue française. En parallèle à ses projets littéraires, il travaille comme pharmacien et comme tuteur à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal.

Les textes des cinq finalistes francophones peuvent être lus sur le site Radio-Canada.ca/icionlit. Le nom du lauréat sera annoncé le mardi 17 avril. Cette année, le jury était composé de Simon Boulerice, Claudia Larochelle et Virginia Pésémapéo Borderleau.

En plus d’un prix en argent de 6 000 $ offert par le Conseil des arts du Canada, le lauréat profitera d’une résidence d’écriture au Banff Centre des arts et de la créativité (Alberta). Les finalistes reçoivent chacun 1000 $, offerts par le Conseil des arts du Canada.

Les finalistes en anglais sont J. Livingston pour Scale of Comfort, Leah Mol pour Lipstick Day, Terri Monture pour Strawberries, Taqralik Partridge pour Fifteen Lakota Visitors et Ayelet Tsabari pour Green.

Les Prix de la création Radio-Canada
Véritables tremplins pour les écrivains canadiens depuis 1945, les Prix de la création Radio-Canada (Radio-Canada.ca/icionlit) sont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits, nouvelles et poèmes originaux et inédits soumis au concours. Au fil des ans, ils ont permis de révéler au public de nombreux talents devenus depuis des incontournables de la littérature d’ici et rayonnent au-delà frontières : Michel Tremblay, Normand de Bellefeuille, Martine Audet, Arlette Cousture, Marie-Sissi Labrèche ou Mélanie Vincelette. Marie-Louise Arsenault, l’animatrice de l’émission Plus on est de fous, plus on lit! sur ICI Radio-Canada Première, en est la porte-parole.

Le Conseil des arts du Canada
Le Conseil des arts du Canada est l’organisme national de soutien aux arts du Canada. Il favorise l’excellence artistique et la défend afin que les Canadiennes et Canadiens participent à une vie culturelle riche et en apprécient les bienfaits. En 2016-2017, le Conseil des arts a investi 196,8 millions de dollars dans la création et l’innovation
artistiques avec ses subventions, ses prix et ses paiements. Le Conseil des arts dirige également des projets de recherche, organise des activités et travaille avec des partenaires afin de faire progresser le secteur artistique et de bien ancrer les arts au cœur des collectivités de l’ensemble du pays. Relevant du Conseil des arts, la Commission canadienne pour l’UNESCO fait la promotion des valeurs et des programmes de l’UNESCO afin de contribuer à un avenir de paix, d’équité et de viabilité pour les Canadiens. La Banque d’art du Conseil des arts fait la prestation des programmes de location d’œuvres d’art et contribue à l’engagement du public envers l’art contemporain. Chaque année, le Conseil des arts du Canada verse des paiements à plus de 17 000 auteurs canadiens dans le cadre du Programme du droit de prêt public, à titre de compensation pour l’accès gratuit à leurs livres dans les bibliothèques publiques canadiennes.

Le Banff Centre des arts et de la créativité
Fondé en 1933, Banff Centre des arts et de la créativité est une organisation d’apprentissage d’envergure internationale basée sur un héritage exceptionnel en matière d’excellence en développement artistique et créatif. Le Centre, qui n’offrait à l’origine qu’un seul cours de théâtre, s’est développé au fil du temps et joue maintenant un rôle de premier plan dans des dizaines de disciplines axées sur les arts, la culture et la créativité. Occupant un vaste campus au cœur des spectaculaires Rocheuses canadiennes, Banff Centre des arts et de la créativité a pour mission d’inspirer tous les artistes, chefs de file et penseurs afin qu’ils libèrent leur potentiel de création qui leur permettra d’apporter une contribution unique à la société. Pour ce faire, le Banff Centre offre des programmes d’apprentissage transdisciplinaires, des spectacles de calibre mondial, ainsi que des activités de sensibilisation du public.

Revenir en haut